Hinchinbrook Island trek

Sur la route de Cardwell nous etions un peu dans le flou puisque apres avoir visite 2 Tourist Info, personne n’avait ete en mesure de nous renseigner sur Hinchinbrook Island. Par internet nous avions reussi a savoir que cette ile mesure environ 50km par 10 et est traversee par un chemin appele le Thorsborn trail constituant un trek de 4 jours. De plus, il faut demander un permis pour se rendre sur l’ile car le gouvernement du Queensland n’autorise que 40 personnes a sejourner simultanement sur l’ile pour la preserver des affres du tourisme de masse.

Forcement, cette description avait eveille notre curiosite et lorsque nous nous sommes arretes a un point de vue de l’ile au bord de la route, notre curiosite s’est transformee en vif interet. La vue sur l’ile etait inspirante, les panneaux decrivant la faune tres diverse et la tres ancienne foret tropicale de l’ile ont acheve de nous convaincre.

0_compressed

Une fois arrives a Cardwell, ce fut la douche froide car le Visitor Center etait ferme. Nous avons donc appele le numero du departement de conservation du Queensland, qui a ete bien incapable de nous renseigner plus que leur site internet. Tant pis, nous avons paye pour notre permis de randonner avec encore beaucoup de questions en tete (apparemment nous avons ete chanceux d’obtenir le sesame si facilement, a certaines saisons il faut reserver des mois a l’avance). Nous avions donc quelques heures pour trouver un bateau, faire les courses et preparer nos sacs.

Trouver un bateau fut plutot simple (content d’etre de la generation internet), en un coup de fil nous avons reserve le voyage (plutot cher paye, mais peu de concurrence) pour le lendemain a 8h et la personne au telephone a pu repondre a nos questions sur le trek (il nous a notamment confirme la presence d’eau potable sur l’ile, info plutot utile). Pour ceux que ca interesse, il n’y a que 2 compagnies qui font la traversee et qui partent de Lucinda ou Cardwell, il me semble que nous avons paye 280$Oz pour 2.

La logistique etant assuree, nous sommes alles faire les courses et trouver un camping pour la nuit, histoire de prendre une derniere douche pour la route. Une fois nos sacs fait nous avons partage un peu de ‘goon’ et une discussion des plus interessantes avec l’unique autre client du camping, John, globe-trotteur Australien. Si nous n’avions pas a nous lever aussi tot le lendemain, je pense que nous aurions pu passer la nuit a discuter.

Le lendemain apres avoir laisse le van a un parking pour 4 jours, nous avons embarques pour notre trajet vers l’ile. Le capitaine nous presentant l’ile pendant la petite heure de trajet vers le debut du Thorsborne trail, notamment le Mount Bowen, qui est l’un des plus haut sommets du Queensland, et la mangrove entourant l’ile.

Selon lui l’endroit regorge de vie, serpents, crocodiles, rats et moustiques, que du bonheur. Heureusement il y a aussi des kangourous, des papillons et oiseaux de toutes les couleurs. Les crocodiles d’eau sale ne sont pas une blague et il est tres fortement deconseille de se baigner dans la mer a moins d’etre ‘croc-aware’. N’ayant pas bien saisi le concept, nous avons decide que nous n’etions pas ‘croc-aware’, nous nous baignerons dans les rivieres d’eau douce.

Les rats sont aussi un autre souci d’ordre animal. En effet, ils sont si voraces qu’ils sont capables de dechiqueter tentes et sacs pour piquer la bouffe des campeurs. Des coffres-forts, semblables a ceux que nous avons rencontres aux US pour les ours, sont installes dans les zones de camping. Ceci limite un peu les options de camping, sinon il faut trouver un moyen de suspendre les sacs sans creer d’echelles pour les rats…

Apres nous avoir montre la carte et decrit notre periple en nous conseillant les meilleurs spots de camping, notre capitaine nous a debarque sur Jurassic Park, comme il l’appelle, je dois dire qu’il y a effectivement une ressemblance.

6_compressed

Apres avoir croise quelques empreintes de kangourous, nous sommes arrives sur une splendide plage, depart de notre trek.

L’objectif du jour etait plutot modeste, 6,5km de marche vers le camping de Little Ramsay, sans trop de relief, avec un petit detour optionnel vers Nina’s Peak pour un point de vue sur l’ile. Apres la plage nous avons rencontre quelque rochers, mais fort heureusement, le chemin est tres bien balise par des fleches oranges, il est difficile de se perdre.

10_compressed

Apres avoir quitte la cote nous nous sommes enfonces dans la foret qui tapisse la totalite de l’ile, pour nous rendre compte qu’elle parait effectivement tres ancienne, vierge, voir meme, primaire.

Puis nous sommes arrives au pied de Nina’s Peak pour nous octroyer une petite pause syndicale. C’est a ce moment precis que nous avons fait une rencontre qui nous suivra pendant tout le trek, les moustiques d’Hinchinbrook Island. Oubliez l’image des moustiques polis de la Cote d’Azur, on avait plutot affaire au type sauvage et affame qui mange de la citronelle au petit dejeuner. Le repulsif aide mais ne solutionne pas, nous avons ete litteralement devores par les moustiques pendant 4 jours.

La grimpette sur le Nina’s Peak nous a pris environ une heure et la vue vaut vraiment l’effort.

This slideshow requires JavaScript.

Nous sommes montes a tour de roles, un qui garde les sacs (plus peur des rats que des voleurs) et un qui marche afin de pouvoir gravir cette montagne plus aisement. Le chemin se dirigeait ensuite une nouvelle fois vers la cote et la Nina’s Bay.

Notre deuxieme magnifique plage deserte de la journee :

This slideshow requires JavaScript.

Notre derniere etape vers Little Ramsay fut une traversee de rochers en bord de mer, plutot photogenique.

Nous sommes donc arrives en milieu d’apres-midi a notre camping, seuls au monde avec la plage pour nous seuls. Pas de baignade malheureusement, a cause des crocodiles. Nous avons un temps hesite a nous baigner dans l’etang proche du camping, mais l’eau etant salee et apres y avoir apercu une raie, nous avons decide de plutot faire une sieste dans le sable au soleil.

Quelques nuages nous ont empeches de profiter du coucher de soleil, mais c’est surtout la forme olympique des moustiques et ‘sand-flies’ du coin, a ce moment de la journee, qui nous a force a manger rapidement puis a se calfeutrer dans la tente.

Au matin, un soleil radieux nous fit attaquer le chemin d’un bon pied sur cette magnifique plage.

Ce jour la nous avions prevu de realiser 10km de marche en foret vers le camping de Zoe Bay.

Et meme en nous arretant longuement pour dejeuner et nous baigner dans la riviere, nous sommes encore arrives en milieu d’apres-midi a notre camping, nous laissant du temps pour profiter de Zoe Bay. C’est une des choses appreciable de ce trek, il est tres accessible et laisse le temps d’apprecier sans craindre d’arriver la nuit.

Toujours pas de baignade au camping, nous avions bien fait de profiter de la riviere en chemin. Ce camping etait en revanche occupe par une petite dizaine de personnes au total, rien de derangeant. Nous avons meme fait la connaissance d’un tres sympathique couple d’urgentistes Canadiens (travaillant dans les helicopteres-ambulance en Australie !), avec qui nous avons partage une noix de coco qu’ils etaient parvenus a ouvrir.

Mais apres le coucher du soleil, les moustiques se furent encore plus pressants que la veille. Nous avons donc manges rapidement et npus sommes couverts de la tete aux pieds, pour nous coucher de bonne heure. Petite surprise en allant pisser durant la nuit, la plage avait entierement disparue sous l’effet de la maree haute, l’ampleur des marees sur l’ile est assez impressionante.

Le jour suivant apres le petit-dejeuner, nous avons rapidement parcouru le kilometre nous separant de la cascade de Zoe pour une longue baignade des plus rafraichissantes. Un bon moyen d’entamer cette journee qui se terminera 7 km plus loin avec une autre cascade, celle de Mulligan.

Puis un peu de grimpette nous mena sur un plateau rocailleux duquel nous avons profite de splendides vues sur l’ile et ses voisines.

Une marche tres agreable nous permettant de revasser en contemplant les reliefs de l’ile.

41_compressed

Rencontre d’un autochtone en passant :

44_compressed

Nous avons pu apprecier la vue sur le ponton de Lucinda, une avancee de 5 km dans la mer ! Cette construction est dediee a l’expedition de la canne a sucre par voie maritime, mais elle fait aussi le bonheur des pecheurs du dimanche.

45_compressed

Avant d’arriver a notre camping nous avons fait une pause dejeuner en bord de riviere.

46_compressed

Puis nous sommes arrives en fin d’apres-midi a la cascade de Mulligan, ou nous nous sommes baignes avant de planter la tente.

Le camping etait moins agreable que les 2 precedents car loin de la mer, et encore occupe par les memes personnes que la veille. Nous avons discute un long moment avec nos amis Canadiens apres quoi nous avons failli marcher sur un serpent de plus de 2m en revenant a notre tente ! Selon moi il s’agissait d’un python, donc peu dangereux, mais tout de meme impressionant! Nous avons donc fais le tour du reptile tres calmement pour aller nous coucher dans une bonne grosse paranoia.

49_compressed

Le lendemain, nous avions rendez-vous avec notre bateau a 10h du matin. Du coup, le reveil fut tres matinal pour parcourir les 6km de plages nous separant de la fin du Thorsborne trail.

DCIM100GOPRO

Les kangourous etant aussi tres matinaux, nous avons pu en apercevoir quelques uns en bordure des arbres. Malheureusement ils etaient aussi tres craintifs et nous n’avons pu photographier que leurs empreintes.

51_compressed

Nous avons ensuite bute sur un obstacle, une riviere se jetant dans la mer. Je ne parle pas d’un ruisseau mais bien d’une riviere large d’une dizaine de metres avec du courant.

52_compressed

Un probleme plutot mineur si on met a part la possibilite qu’il y est des crocodiles et des raies en maraude dedans. Possibilite confirmee par une multitude de panneaux implantes aux alentours.

Attendre la maree basse n’etant pas une option compte tenu du timing, c’est donc plein de paranoia que je me suis aventure dans l’eau pour trouver un passage sans avoir a mouiller les sacs.

Apres un petit quart d’heure de reperage, je pris les sacs sur les epaules, avec de l’eau jusqu’a la taille, pour foncer de l’autre cote, suivi de pres par Steph. Comme vous vous doutez, pas de crocodiles mais un sacre shot d’adrenaline !

DCIM100GOPRO

Puis nous avons rejoint notre bateau pour conclure ce magnifique trek, tres sauvage. En revanche mauvaise surprise au retour car pretextant un probleme mecanique, notre capitaine nous a ramene sur terre a Lucinda pour revenir a Cardwell par la route. Nous nous faisions une joie de passer par le tres beau canal entre le continent et l’ile, cense regorger de crocodiles et de tres rares dugongs (dophins blancs). Apres tant de panique a cause d’eux, nous aurions aime en voir un (mais pas de trop pres!). Quoi qu’il en soit, mefiez-vous si vous reservez une traversee, il faut bien se faire garantir le passage dans le canal, a ce prix la c’est un minimum.

En conclusion je recommande ce trek (certe un peu cher) sur cette ile hors du temps. Mais il ne faut pas y aller avec des images d’ile paradisiaque en tete. L’experience est plus sauvage que cela, notamment a cause des moustiques, de l’epaisse foret et de la menace des crocodiles, serpents et autres rats. C’est un trek sur une ile tropicale, avec ses inconvenients.

Mais aussi ses avantages, avec des paysages sublimes, sa vegetation qui semble dater depuis toujours, et les baignades dans des cascades si paisibles. A noter que le fait de se baigner souvent en eau douce permet de ne pas se sentir sale comme cela peut arriver souvent sur des treks en climat chaud. 4 jours me semble etre la bonne duree, mais en forcant un peu ca passe sur 3, meme si je pense que ce serait dommage. Beaucoup de gens restent 5 ou 6 jours pour profiter de l’ile.

Ravis d’avoir fait ce trek qui nous laissera beaucoup de bons souvenirs et nous a permis de nous degourdir un peu les cannes, nous avons retrouve notre van pour reprendre la route aux alentours de midi.

54_compressed

Advertisements

2 Comments Add yours

  1. Laura says:

    Merci pour le partage !! Nous avons adoré vous lire ! Nous ne pourrons certainement pas vivre cette magnifique expérience donc c’est un vrai privilège de l’avoir vécu à travers votre témoignage. Les paysages ont l’air splendides et nous n’avons pas de moustiques vu d’ici ! Bonne continuation

    Like

    1. Thisfaraway says:

      Ravi que ça vous ait plu ! Il ne faut jamais dire jamais, le voyage est chaque jour plus accessible, un des avantages de notre temps. Bonne continuation a vous aussi !

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s